S’affranchir d’une dépendance affective

L’amour, au même titre que le tabac, est une drogue qui entraîne dépendance et destruction lorsqu’il n’est plus partagé. Pour l’un des deux, le sevrage, le lâcher prise, n’a pas eu lieu. Souffre celui qui n’accepte pas que la relation soit terminée et ne parvient pas à se défaire des chaînes qui le retiennent à cette histoire, à ce partenaire. En effet, aimer, c’est beau ; mais aimer seul, c’est dur, d’autant plus lorsque cette drogue est toujours à portée de main et disponible. Le dépendant sait pourtant que cela le ronge de l’intérieur à chaque fois qu’il en consomme encore un peu plus. Malgré cela, où trouver la force et le courage de renoncer à quelque chose dont on ne souhaite se passer  ?

amour drogue

Mettre de la distance, couper les ponts

Partir, s’éloigner, c’est facile, un temps. Seulement, un soir de faiblesse, l’envie de recraquer resurgit toujours, c’est inévitable. Il faut absolument que la drogue en question ne soit plus disponible, exactement comme pour un addict aux jeux qui se serait fait interdire l’entrée de tous les casinos. En amour, c’est bien plus compliqué que cela d’autant plus lorsque la drogue répond présente à chaque moment d’égarement. Un soir de spleen est suffisant pour envoyer un sms fragile en quête d’une dose d’amour rapide. Lorsque le dealer réagit toujours favorablement à toute heure du jour ou de la nuit, comment y renoncer ? Comment se convaincre que c’est terminé ? C’est donc au dealer de couper les ponts, fermement, définitivement.

Etre fort, fier et déterminé

Bien souvent très facile à dire. La volonté qu’il faut pour se mettre au sport et adopter une discipline par exemple n’est pas la même que pour renoncer à quelque chose qui était notre quotidien, notre vie et notre futur pendant plusieurs années, encore plus complexe lorsque des enfants entrent dans l’équation. 

« Ouais mais si t’es pas heureuse/heureux et que tu souffres, pars! »

Ok, bah si tu sais que fumer donne le cancer, te nique les poumons et te fait tousser, arrête donc!

dose amour coeur injectionPas si simple puisque sur le moment, cette cigarette te procure un bien fou, te détend, t’apaise jusqu’à la prochaine dose. Difficile de se raisonner en termes de pulsions. Encore plus lorsque le coeur s’en mêle.

Etre fier et avoir beaucoup d’ego rend la prise de décision sûrement plus ferme et sans appel. Ces personnes arrivent notamment à partir et à résister. Elles paraissent fortes, en apparence. A l’intérieur il n’en est rien, le coeur est en miettes et résister ne signifie pas aller mieux et être guéri. L’individu restera tout de même bloqué dans cette relation s’il n’en a pas fait le deuil ou n’a pas compris pourquoi cela était réellement terminé. Ainsi, il ne rencontrera personne ou ne parviendra pas à retenter quelque chose sérieusement en faisant inlassablement la comparaison avec cet Amour perdu.

« Ouais mais faut surtout pas comparer ». Sans déconner ?? Oui, tout le monde sait ça mais encore une fois, le coeur et la raison… D’où l’importance du lâcher prise profond là où une simple prise de distance n’est pas suffisante.

Pourquoi sommes nous dépendant à l’Amour

Lorsque cela s’apparente à une pathologie, bien souvent la passion amoureuse est une étiquette pratique que l’on colle sur quelque chose de pas si joli que ça et devient alors un énorme pansement. Celui-ci recouvre une plaie infectée par un manque de confiance en soi, la peur de l’abandon et du manque. D’où l’importance d’apprendre à s’aimer, à être bien seul pour ne pas se sentir démuni après une rupture. Encore une fois, très facile à dire. Si le problème est donc plus profond qu’il n’y parait, envisager d’en régler la source est le meilleur des remèdes et cela passera probablement par une thérapie ou bien un travail sur soi sérieux et approfondi. Le reconnaitre, l’accepter et vouloir y remédier constitue la moitié du chemin.

Le temps estompe tout et apaise les blessures

C’est un fait. Avec le temps, l’humain s’habitue à tout même au pire. Cependant, il ne résout pas le problème de base, il le refoule. Ce serait comme vivre avec une balle dans le corps. On ne peut avancer sans régler une histoire d’amour qui n’a pas connu d’issue. La question du « est-il possible de rester ami avec ses exs » ne se pose même pas à ce stade. Il faut d’abord terminer la dite relation et laisser passer un laps de temps suffisant pour que les deux ne soient plus amoureux et que ne subsistent qu’affection, respect et tendresse. Si l’un des deux aime toujours l’autre alors l’amitié n’est pas à l’ordre du jour.

Comment terminer une relation dépendante

Le drogué va rarement de plein gré en cure de désintoxication et cette phase est connue pour être extrêmement douloureuse, violente et pénible. Les proches doivent l’entourer et le soutenir. Le facteur primordial pour mettre un terme à un schéma amoureux si le dépendant est incapable de prendre lui même la décision est le rejet. Il faut que les doses ne soient plus accessibles, que celui dont est toujours épris le dépendant refuse de céder à ses demandes, le repousse, ne réponde plus aux messages, aux appels. Compliqué lorsque lui même peine à résister mais celui/celle qui arrive à être heureux/heureuse voire mieux seul/e doit être le plus fort des deux et par amour pour l’autre, doit le libérer.

Affranchir un amoureux

rompre liens affranchir libérer

Repousser quelqu’un que nous aimons est peut-être l’acte le plus respectueux et aimant que puisse accomplir celui qui sait que son amoureux/amoureuse serait plus heureux/heureuse sans lui/elle ou bien s’il se sait incapable de lui apporter ce qu’il recherche sur le court ou long terme. Si les sentiments sont moins forts notamment ou se sont tout simplement dissipés et que seule une immense affection perdure, ne pas leurrer l’autre et résister à la tentation égoïste de l’amour pur reçu unilatéralement.

Pourquoi se priver de quelque chose qui nous fait aussi du bien ? Tout simplement parce que nous savons lorsque l’échange n’est pas équitable et que les sentiments ne sont ou n’évolueront pas de la même manière. Ce n’est pas sain et c’est sur le long terme destructeur. Plus vite un amoureux est affranchi, aussi dur que cela soit sur le moment, plus vite il s’en remettra. Le libérer c’est, contrairement aux apparences, faire preuve d’amour, de maturité et de respect. Et si finalement vous en êtes incapable, alors pourquoi ne pas admettre à votre tour que vous aimez l’autre. Je vous conseille à ce sujet un précédent billet: Ce genre d’ineptie: « j’ai peur de l’Amour ».

Mon prochain billet (en cours de rédaction) traitera de la Typologie des comptes Instagram. D’ici là, rendez-vous sur la page Facebook pour votre daily dose de loleries! Ça va, celle-ci n’est pas nocive 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s