Business amoureux, la relance sentimentale

« Combien tu m’aimes? »

Mais quelle question saugrenue… Et pourtant, es-tu certain de ne jamais l’avoir toi-même empruntée, ou une personne de ton entourage ? Bizarrement, il s’agit d’une phrase que beaucoup de parents usitent pour demander à leurs enfants de quantifier l’amour qu’ils leur portent, ce à quoi les petits réfléchissent et répondent « 4 » en montrant cinq doigts. Je te vois venir, fripon: non, je ne vois pas le mal partout et je sais bien que cette expression est innocente et n’a pas pour but d’inculquer une quelconque valeur monétaire de l’Amour à leur progéniture… D’ailleurs, l’exacte formulation, celle qui revient davantage, serait « Tu m’aimes comment ? ». Elle en laisse plus d’un pantois et dubitatif. La réponse étrange qui fait suite est le mime d’un cercle dessiné dans l’air avec les bras tendus, sensé représenter le soleil. Meaning: tu aimes tes parents « gros comme le soleil ». Pourquoi pas.

« Combien de temps vas-tu m’aimer ? »

combien de temps amour

Voici la vraie question qu’il faudrait poser. C‘est moins mignon je te l’accorde et ça rejoint un peu mon petit délire sur l’obsolescence programmée des relations amoureuses mais détends toi l’ami, il n’est pas question de recyclage thématique dans ce dernier billet. 

« Ca y ressemble quand même.

– Nan, c’est l’intro ça. Je te prépare. Je lubrifie ton cerveau.

– Hein ?

– Ouais, y’a du boulot. »

Ce que j’essaye en douceur de te présenter aujourd’hui, c’est un constat anti-romantique faisant lointainement écho aux si justes paroles de Lavoisier: « Rien ne se perd, tout se transforme »

« Je suis largué… »

Ok, laisse moi t’éclairer sur le fond brumeux de ma pensée nocturne:

Naissance d’un produit

Un couple se forme. Deux personnes s’aiment au présent. Leur amour est né, à l’instar d’un bébé, il grandit, évolue, traverse des étapes, franchit des caps, subit des épreuves, rencontre des obstacles et devient un boutonneux, ingrat… Bref, il se transforme (#Lavoisier).

« En quoi se transforme t-il? »

En PowerRangers, évidemment… Non. En tendresse, en affection, en obsession, en amitié, en dépendance, en besoin, qu’en sais-je, ce sentiment est volatil et capricieux. J’ose espérer que le vrai Amour qui lie les âmes-soeurs l’est moins, voire pas. Pour le constat qui m’intéresse ici, je me base sur ces couples unis par un amour business.

« Un quoi ? »

Amour business

Amour b2b

poignee-de-main

L’amour B2B ou b to b. Rien à voir avec Hamlet (to be or not be). Pour faire simple, une entreprise vend un produit à une autre et inversement. Il s’agit d’une collaboration équitable où chacune tire profit de l’autre. Une relation « win-win » comme dirait Harvey dans Suits. C’est normalement ainsi que démarrent les relations (saines) d’Amour, sur un pied d’égalité. Malheureusement, il arrive qu’au fur et à mesure de la relation, l’un des deux décroche en cours de route, petit à petit, jusqu’à souhaiter mettre un terme à cette collaboration. Rompre, oui. Evénement qui fait basculer cet amour b2b en amour b2c.

Amour b2c

Il n’y a pas encore eu rupture de contrat mais l’entreprise est devenue particulier (c) puisque n’ayant plus rien à offrir à b, toujours vendeur du produit amoureux. Ouvert au dialogue, c écoute b qui tente de lui démontrer par tous les moyens que leur collaboration a toujours lieu d’être. B lui expose alors que le produit du début a subi des modifications au fil du temps et, en bon service client, il est à l’écoute des retours afin de proposer un produit qui conviendrait mieux. C estime que le produit ne répond plus à ses attentes, qu’il aimerait changer de marque. Paniqué, b tente alors de proposer moult bonus à c pour le garder client. Il espère le refaire souscrire pour minimum 12 mois de plus. C réfléchit et décidera soit de rompre définitivement l’entente initiale et de changer de crémerie, soit d’opter pour ce contrat renouvelable.

top vendeur b to c

A partir du moment où le couple en arrive aux négociations… autant te dire que ça n’augure rien de bon. Si tu te retrouves dans la position de b, bon courage ! Que tu sois ou non à l’origine du désintérêt progressif de c, ce dernier en est tout de même arrivé à vouloir quitter le navire, votre navire, celui que vous avez bâti ensemble et qui avait vogué par tous les temps. La tempête de trop aura t-elle eu raison de celui-ci ? Bien dommage en tous les cas mais le marketing de l’Amour a t-il lieu d’être ou bien est-ce peine perdue ? Lorsque l’un des deux se voit contraint d’expliquer à l’autre pourquoi il doit rester, retenter, ne se brade t-il déjà pas ? Rappelons qu’il ne vend plus rien, mais donne, sans retour. Ce n’est plus du commerce, mais du bénévolat. On ne vit pas du bénévolat… Il faut un gain, un partage, un équilibre. « Donnant-donnant », chacun fournit à son partenaire le carburant dont il a besoin.

De l’extérieur, b ne vend d’ailleurs plus rien à c. Le produit initial était l’Amour commun, le couple. Si l’Amour s’est transformé en simple affection, tendresse, amitié, il n’y a plus de réciprocité, il n’y a plus cet Amour, il n’y a donc plus de couple. B agit comme un robot qui constate que c n’a pas utilisé son application depuis tant de jours. Un message automatique lui est alors envoyé pour tenter de lui rappeler à quel point il aimait ce produit et l’inciter à y retourner. Parfois ça fonctionne. Parfois non. C’est la technique de relance.

Faut-il tenter de réparer les pots cassés ?

pots cassés amour

Je n’ai pas la réponse à cette question. Je suppose que bon nombre de couples se sont donnés une seconde chance et que cela aura fini par payer. Il n’y a pas que l’Amour qui évolue, les gens aussi. Parfois, l’Amour n’est plus, du moins, plus celui du début et mieux vaut laisser tomber plutôt que de se battre seul pour quelque chose qui n’existe plus. On ne ressuscite pas les morts. Parfois l’Amour est juste mis en sourdine pour x raison et b le sait et tente de secouer c pour le convaincre de laisser leur produit sortir de sa boîte et renaître à nouveau. Un peu de maintenance et une bonne mise à jour ne feront jamais de mal. L’Amour s’entretient.

Bisou to bisou.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s