L’appétence pour le Chaos

Ambiance

Je t’entends d’ici et d’avance, lecteur en quête de bonne humeur. Le titre de ce blog appelle un amusement, une détente. Tu veux chiller pépouze comme devant un épisode des Chtis à Mikonos qui veulent épouser les Anges Marseillais. Lorsque tu atterris ici, tu as envie de te marrer, je l’ai bien compris. Mais vois-tu, je songe de plus en plus à changer le nom car la page Fais-moi rire ! sur Facebook a clairement ce but et diffuse toute la journée suffisamment de loleries pour participer à l’apparition des premières rides aux coins de tes yeux. Donc, si tu as des idées de nouveau nom, je prends!

En revanche ici, on cause. Oui enfin, JE cause.  Mes billets sont la plupart du temps tasty et funky, c’est en tout cas mon souhait lorsque j’écris. Je réfléchis, j’invente, j’imagine, je digresse,  je fantasme, je m’amuse, je revisite, je plaisante, je bougonne et je partage le contenu farfelu de mes pensées avec toi, qui aime bien ma folie douce. Je suis un peu l’enfant qui rêvasse dans sa chambre, qui chantonne, raconte des histoires, joue seule, plongée dans son monde imaginaire. Et toi, l’observateur discret, l’oeil curieux que je devine par le trou de la serrure. Je te fais rire ? Alors mission accomplie. Mais… parfois, les sujets sont moins roses que la charte graphique de mon blog. Parfois, je cogite et mon esprit s’égare. Il loupe la sortie de Disneyland et emprunte une route sinistrée qui s’enfonce dans une forêt sombre et inquiétante. A mesure que je m’avance en ces terres hostiles, je distingue de plus en plus la silhouette imposante d’un manoir perdu entre brume et désolation. Encore quelques pas et je peux lire le panneau à l’entrée du domaine:

Royaume des Idées Noires, Propriété de la Névrose.

image_tech_a_0951100314

BREUÂÂÂHH BREUÂÂÂHH (Cri du Corbeau qui s’envole. Ouais je le fais bien je sais. Nan en fait c’est mauvais. Bin vas-yyy t’aurais fais comment toi ? Tsss, il est marrant lui! )

Lugubre à souhait. Je t’ai mis bien là pas vrai ? Allez t’inquiète, je vais pas te faire déprimer ne l’étant pas moi même. Mais je voudrais tout de même aborder aujourd’hui un sujet différent des autres. Et non, on ne parlera pas d’Amour cette fois-ci, ni de Poker, ni de scénarios futuristico-fantasmago-crazy. Je n’ai pas écrit depuis la Saint-Valentin et pour cause, je me suis dispersée comme à ma grande habitude. J’avais mille idées d’articles en tête mais comme ils nécessitaient que je me documente au préalable pour ne pas dire que des bêtises, j’ai repoussé, commencé, interrompu, perdu l’inspi, perdu l’envie, pas repris, mis de côté. Ils sont là tout près (pas prêts) mais, DISPERSIOOOON, tadam! J’en écris un autre avant.

L’appétence pour le chaos

Rien que ça.

Mais pourquoi ce titre? On y vient, on y vient. Ces 15 derniers jours je me suis donc dispersée dans le sens ou bien plus que d’habitude, je suis sortie, j’ai vu des gens. Han! Des gens ? Tu veux dire, en vrai ?? Ouais, en chair et en os. Brrr ça fait bizarre! Oui bon, j’ai quitté mon donjon quasi tous les jours pour voir toutes sortes de personnes: famille, amis, fantômes du passé et même ce qui s’apparente à un début de relation amoureuse ma foi. Bin tout ça a foutu un bordel pas possible dans mon crâne! Faut que je range ma chambre cérébrale là car j’y retrouve plus rien! Et depuis, j’ai ce mini dialogue qui résonne sans cesse dans ma caboche:

Moi: Mais comment ça se fait que je me retrouve malgré moi toujours attirée par ce genre de situations et de personnes ?

Lui: Peut-être parce que tu as une forte appétence pour le chaos.

[Chuchotement]

Toi: Mais c’est qui Lui?

NDLR: Nul ne le sait. Certains disent qu’il se nourrirait de rognons de râton laveur les soirs de pleine lune inca.

Nan je déconne. C’est juste un « type » qui a croisé virtuellement ma route un soir de décembre et qui s’est introduit tel un virus dans mon cerveau pour venir me parasiter sporadiquement les soirs de dispersion au Manoir des Idées Noires. Et depuis, bien qu’il soit reparti aussi vite qu’il est arrivé, il hante mes pensées sombres. Il pop-up dans ma boîte crânienne:

L’appétence pour le Chaos. clic

L’appétence pour le Chaos. clic ! clic ! clic!

Cette expression me fascine!

Cet individu, nous l’appellerons Trojan. Eh oh, si t’as pas de culture et que tu comprends pas pourquoi, beh… va ouvrir un livre! (Ou Wikipedia). En plus l’histoire est intéressante mais si je commence à raconter, on va jamais voir le bout de ce billet.

trojan

Trojan donc, m’a marquée pour une raison inconnue. Il y a des gens que l’on fréquente tous les jours et dont on se fout royalement, à qui l’on dit bonjour et basta, dont la vie ne nous intéresse aucunement et qui ne laisseront aucune trace, miettes, dans nos archives. Et puis, il y a ces rencontres, brèves et intenses, chaotiques justement par leurs aspects mystique, imprévisible, inopiné et volatile. Elles marquent leur passage d’un trait indélébile et inexplicable. Chimique. Trojan est un membre de cette tribu, un disciple, un prophète, qu’en sais-je ! Il arrive sans prévenir et à peine as-tu eu le temps de t’habituer à sa présence qu’il a déjà déserté (Comme dans Le Chocolat avec Juliette Binoche et Johnny Depp). Trojan est venu, il a dit, il est parti en moonwalk. Il m’a laissée bête, bête, bête. Trojan a dit cela mais Trojan EST le Chaos. Et j’ai été attirée par Trojan. N’est-ce pas un comble quand quelqu’un te dit quelque chose qui normalement s’applique avant tout à lui ? C’est comme lorsque le Fou te dit (se pensant sain d’esprit, ou pas d’ailleurs): « Tu es fou. » Toi, tu le sais que c’est lui le fou. Tu penses: « Bin merde il est gonflé lui. C’est lui le fou! Cela dit, il ne le sait pas et pense que c’est moi. Ca se trouve je suis fou et je ne le sais pas et pense que c’est lui! » Bon et là, laisse tomber ta soirée est foutue, Nurofen et cernes. On est tous le fou de quelqu’un. Bref.

Trojan donc me parle de mon appétence pour le Chaos. Vrai. Je suis irrémédiablement attirée par cela au sens courant du terme qui est la confusion générale. Je n’arrive pas à mettre de l’ordre dans mes pensées, je ne parviens pas à me projeter, je suis incapable de m’organiser. Pire, je panique lorsqu’une situation me cloisonne. J’ai peur des CDI, j’ai peur de m’engager, de dire « oui je vais faire cela » sans être sûre que je pourrais m’y tenir. Je ne suis à l’aise que dans l’incertitude et la non prise de décision. Je recule sans cesse tout. Je commence mais ne finis pas, du moins, pas tout de suite. Pourtant les risques et les virages à 360 degrés ne m’effraient pas mais je suis dans l’acte irréfléchi, la spontanéité, l’action. Si je commence à cérébraliser, c’est foutu. Je m’enferme dans ma bulle et je verrouille à double tours. Je hais l’ennui et la perspective d’un avenir répétitif. J’ai besoin d’aventure, de projet plus que d’aboutissement. Je n’aime pas m’installer quelque part, je ne parviens pas à m’attacher à du matériel, je m’en moque totalement. Les choses n’ont pas d’importance pour moi sauf si elles symbolisent un souvenir, un sentiment, un lien. Les odeurs, les musiques, les lieux provoquent en moi des émotions (La fameuse madeleine de Proust). Mais pour tout le reste: c’est-le-Chaos. Et j’aime cela. C’est chez moi. Trojan est tout simplement venu me dire un jour le plus calmement du monde à quelle famille j’appartiens. Puis il s’en est allé, à la quête d’autres âmes égarées pour les avertir. Bin oui. Voilà. C’est dit. Est-ce que c’est bien ? Est-ce que c’est mal ?

NDLR: nul ne le sait, certains disent que ces gens là sourient, s’amusent et aiment la vie tout autant que les autres.

L’important c’est surtout de le savoir. Je ne suis pas stable. Ca fout la trouille aux autres ça. Pourtant, il y a erreur car qui dit instabilité ne dit pas infidélité. Je suis loyale pour autant! Pour preuve, je m’attache aux personnes, aux souvenirs. Je m’accroche même. Quand sur ma route je croise un individu « bouée » je ne le lâche plus. Il devient mon point de repère. J’ai donc peu d’amis et je suis un pot de colle quand j’ai choisi quelqu’un. Cet espèce de dogmatisme qui a un moment donné te fait penser: « Ok, ça c’est exactement logique et ancré au bon endroit au bon moment. » Et comme dans un jeu vidéo, tu fais une sauvegarde à partir de là.

L’appétence pour le Chaos, l’appétence pour le chaos.

Downloading…

Publicités

3 réflexions sur “L’appétence pour le Chaos

  1. Je dois différer de la masse de tes lecteurs car en venant ici, je ne cherche pas forcément à rire.
    Je cherche avant tout à sortir de mon esprit pour pénétrer dans celui de l’auteur et essayer de m’imprégner de ton monde.

    Et bien cet article est vraiment bon. Ce n’est pas le mieux écrit, le mieux structuré; et tant mieux car cette structure chaotique reflète tes propos.

    Après toujours les petites références culturelles, le goût des beaux mots et le style narratif… Vivement la suite 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Toujours autant de plaisir à te lire quel que soit le sujet abordé ! Y compris quand c’est Dark Malou qui prend la plume et que le ton est un peu plus sombre et l’humour un peu plus noir. Ton style si particulier est bel et bien là, l’article toujours aussi passionnant à parcourir, et je suis toujours autant déçu lorsque j’en atteins le terme (« Oh non pas déjà !!! » hurle une voix tremblante et paniquée dans ma tête…).
    Pour faire écho aux références mythologiques de ton article, une condamnation de Zeus qui me siérait bien : devoir parcourir pour l’éternité un article de toi qui n’aurait aucune fin 🙂

    Sinon pour le cri du corbeau qui s’envole j’aurais bien un vu un CRÔÔÔÔAA ! CRÔÔÔÔAA ! Bah ouais je suis spécialiste ès corbeau qu’est-ce que tu crôôôôaa ?!

    Et pour le changement de nom de ton blog : « Malou’s World : light & shadow »

    P.S. : on est d’accord que les Anges Marseillais ne sont pas du tout représentatifs du reste de la population marseillaise, hein ? ^^

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s