Je suis une femme qui ne souhaite pas être mère.

Oulala le sujet tabou. Etre une femme, une trentenaire qui plus est, mais avoir son horloge biologique en panne semble être un crime contre l’humanité. Littéralement. Ne pas donner la vie n’est quand même pas la même chose que l’ôter ! Quoique, c’est kif-kif sur la balance (cf. avortement). On est pas aidé… Plus le temps passe, moins j’ai envie d’avoir des enfants. Alors vous allez me dire « C’est normal tu n’as pas encore rencontré le papa potentiel ». Euh… J’ai déjà eu de longues relations et chaque fois que j’ai imaginé la possibilité d’avoir des enfants avec un homme que j’aimais, ce n’était jamais pour de bonnes raisons. Donc, je pense ne pas vouloir d’enfants tout court et ce pour plusieurs raisons que je m’en vais dresser ici.

Premièrement, excusez-moi mais POURQUOI au juste faut-il faire des enfants ? Pour assurer la continuité de notre espèce? Super. Et pourquoi ça? Nous sommes assez (de cons) sur Terre si ce n’est trop à nous partager des ressources qui s’épuisent, sont de moins en moins bonne qualité. De plus, la vie d’un humain dans un pays développé ressemble à un enchainement de batailles jusqu’à ce qu’à son tour il trouve une personne avec qui procréer. Je ne vous parle pas des naissances dans les pays en voie de développement, sous alimentés/hydratés avec des perspectives d’avenir pas vraiment folichonnes. Je vais me baser sur mon expérience bien entendu et ne pas trop m’étendre sur les conditions de vie des autres mais sur celles que je pourrais offrir à mon(mes) potentiel(s) enfant(s).

Deuxièmement, se sentir prêt(e). Et si cela n’arrivait jamais tout simplement parce qu’on ne le souhaite pas ? J’ai trente ans quand même. Je devrais avoir snoozé plusieurs fois cette foutue alarme non ? Beaucoup de mes amies et connaissances issues de ma génération ont déjà un ou plusieurs enfants d’ailleurs et je vois bien qu’elles ont beau ronchonner parfois, elles sont ravies d’en avoir, d’être mères. Elles sont douées pour ça. Et bien… je ne les envie PAS DU TOUT, mais genre à aucun moment!!

NON, je n’ai pas envie de porter neuf mois un enfant et de le sentir grandir dans mon ventre (me donner la gerbe, des coups de pieds, des vergetures, des kilos, etc.) ;

NON, je n’ai pas envie de souffrir des heures pour lui donner la vie et que mon col de l’utérus s’élargisse suffisamment pour que sa grosse tête réussisse à sortir ;

NON, je n’ai pas envie de tenir cette espèce d’être mouillé, qui pleure, plein de sang dans mes bras et de le trouver laid ;

NON, je n’ai pas envie que mes nuits soient foutues parce qu’il faut se lever pour lui faire chauffer un biberon, s’inquiéter quand il ne rentre pas, parce qu’il faut le consoler, le bercer, lui raconter une histoire ;

NON, je n’ai pas envie que toutes mes économies partent dans des jouets, des berceaux, vêtements à renouveler chaque année, la crèche, l’école, les fournitures, les études, etc. ;

NON, je ne veux pas m’inquiéter pour quelqu’un et je ne veux pas surveiller sa santé, me ronger les sangs à chaque rhume ;

NON, je n’ai pas envie de changer ses couches, lui donner le bain, lui essuyer sa morve, sa bave, beurk ;

NON, je ne veux pas lui apprendre des choses, je ne suis pas patiente ni pédagogue.

NON, je ne veux pas me bloquer et je souhaite partir en vacances où je veux, quand je veux, avec qui je veux. Rentrer la nuit si je veux sans me soucier de savoir QUI va veiller sur mon enfant. Je veux pouvoir être libre d’accepter un job à l’autre bout du monde si je le veux ;

NON, ça ne me procure aucune émotion de tenir un enfant dans les bras si ce n’est de l’embarras. Je trouve ça lourd, je ne sais pas comment le prendre, je trouve les bébés le plus souvent moches et pénibles ;

NON je ne supporte pas les crises de larmes, les caprices, le côté crado du petit qui en fout partout quand il bouffe.

Enfin, vous voyez bien que je n’en veux pas ! Ca me met mal rien que d’y penser. Brrrr.

Est-ce que toutes ces réticences font de moi un monstre ? Une femme égoïste ? Et si je vous disais que selon moi ce sont les gens qui font des enfants qui sont égoïstes ? Pourquoi faire un enfant honnêtement? Pour unir un couple ? Mariez-vous… Donner la vie ? Bah tiens, prends, démerde toi avec. Parce que c’est le fruit de l’Amour ? Mouais. Et après ? Comme si les couples ne se défaisaient pas pour autant même avec des enfants… J’ai plutôt l’impression que faire un enfant au XXI ème consiste simplement à reproduire un schéma. Ca n’a rien de légitime. C’est de l’imitation pure. Nous n’avons aucune certitude en ce monde. Nous faisons ce que notre éducation et nos modèles nous ont dicté. Aller à l’école, faire des études, trouver un métier, une maison, un mari/femme, faire des enfants, leur apprendre à faire tout pareil et mourir. Yeah! Bin… non merci ? Je n’ai pas envie. Je n’ai RIEN à leur apporter. Je n’ai pas de réponses à leurs futures questions. Je ne comprends rien à la vie, aux humains. Je ne sais clairement pas ce que je fous sur cette planète, je ne connais pas ma mission mais j’ai juste envie de profiter de ce court laps de temps pendant lequel je vais l’occuper, en essayant de subir le moins possible, d’être le plus heureuse et en bonne santé possible, de trouver un amoureux parce que ÇA c’est à peu près le seul truc dont je suis sûre et que mon corps et coeur réclament. Pour le reste, non merci. N’en déplaise à ma famille qui n’aura sûrement ni neveu/nièce, petits-enfants, arrières petits-enfants via moi cependant je ne vais tout de même pas en faire pour leur faire plaisir hein… N’en déplaise également à la bien-pensance.

Je ne blâme pas ceux qui en ont et en font attention pas de mauvaise interprétation. Je suis ravie si cela leur procure du bonheur. Je suis convaincue que ce n’est pas ce que je souhaite. Je les envie peut-être même dans un sens car j’ai le sentiment de passer à côté d’un truc énorme. Mais bon… Ca ne m’attire et ne me manque pas.

A la limite, je me verrais bien avec un homme qui a déjà des enfants, capables de tenir une conversation. Ou même adopter pourquoi pas: recueillir un enfant qui n’a rien demandé à personne et qui se retrouve abandonné ? Oui, cela peut faire réagir mon coeur et me donner envie de lui apporter autant d’amour que possible. Ce n’est pas que je n’aime pas les enfants, mais je me sens une enfant moi même. J’adore jouer avec eux d’ailleurs. Ils seraient davantage mes copains en fait. Mais qu’est-ce que je peux leur offrir d’autre qu’un peu de temps pour jouer à cache-cache, faire des cabanes et manger des bonbons devant un film. Franchement… rien je suis réaliste même si ce n’est pas très Walt Disney tout cela.

Voilà, triste constat j’imagine qui va me placer en monstre aux yeux de certains. Tant pis. Chacun est libre de faire ce qu’il veut de sa vie dans la limite du possible. Pas de notice. Et puis qui sait, un jour effectivement je changerai d’avis ? J’espère alors rencontrer cette personne qui me donnera envie de donner la vie. Bon courage à lui.

Publicités

2 réflexions sur “Je suis une femme qui ne souhaite pas être mère.

  1. Article qui ne suit pas la pensée commune, courante et qui a le mérite d’apporter une réponse différente. Pas de lynchage en perspective de mon côté 😉

    Bien au contraire même. Lorsque je regarde les actualités avec leur lot d’horreur, une délinquance puis une criminalité de plus en plus juvénile, des parents absents, des enfants livrés à eux-mêmes je me dit qu’il est bien dommage que si peu de personne prenne le temps de se poser, de réfléchir aux conséquences d’une grossesse… Car ce n’est pas 9 mois (se serait vite passé) mais toute une vie qui change, une nouvelle configuration du couple, de la famille, de nouveaux soucis (forcément, la vie n’est pas rose) et des dépenses supplémentaires (l’aspect financier tellement minoré ou oublié a une place primordiale). Comment envisager un enfant sereinement quand on peine à vivre à deux ? Mais la question nous lancera dans un tout autre débat…

    J’ai l’impression que la question t’a taraudé pendant un moment et qu’aujourd’hui tout est sorti en mots sur ce papier numérique (je dis ça mais je ne te connais que bien peu, uniquement avec la lecture de deux autres articles). Car il ne me semble pas suivre la ligne des précédents billets. J’aurais envie de dire, ça va ?

    Je comprends que pour une femme cette question revêt une importance primordiale, qu’on veuille un enfant ou non. Si on acceptait de sortir de sa simple subjectivité pour observer ce qu’il y a autour : population mondiale, famine, chômage, avenir incertain, intelligence artificielle menaçant les métiers à venir, perturbateurs endocriniens, allergies, troubles comportementaux et bien d’autres réjouissances, on pourrait se demander s’il est pertinent, sage, normal de vouloir un enfant. Car au-delà du plaisir qu’on peut ressentir (ce n’est pas une généralité), ne faut-il pas envisager leur avenir ?

    Pour clôturer mon commentaire avec un autre avis (euh… c’était aussi un avis précédemment mais je suis homme à multiples avis :p), je dirais que parfois, face à des paramètres sur lesquels nous ne pouvons agir, il est bon parfois de ne pas réfléchir… juste déconnecter son cerveau… Car penser que l’on va mourir n’est guère réjouissant et pourtant c’est une suite inéluctable or nous sourions bien, profitons de la vie sans trop nous préoccuper de cette imminence funèbre…

    A titre personnel, je n’ai jamais aimé les bébés… Je ne voyais pas à quoi ils pouvaient servir, si ce n’est compliqué la vie, la remplir mais je trouvais tout seul le moyen de remplir la mienne. Cependant, après la naissance de ma fille, j’ai découvert un tout autre sentiment qui s’est développé progressivement à son égard… J’aime bien la voir sourire, la voir jouer, progresser, découvrir le monde… Un enfant nous renvoie peut-être à un désir primitif que l’intellect ne peut appréhender… D’où le conflit auquel nous assistons entre l’instinct et la raison… entre l’être primitif qui sommeille en nous et l’être sociable, qui réfléchit…

    Bref, il n’y a pas de bonne réponse, le tout étant certainement d’accepter le choix de chacun du moment où ce choix n’empiète pas sur notre liberté… Ce n’est pas toujours le cas d’ailleurs :p (faire ses courses et voir des gamins courir partout et tout renverser sans que les parents se sentent responsables, voir des gamins dehors le soir et faire des bêtises chez les autres, constater que ces gamins deviennent des ados sans norme qui humilient, blessent, maltraitent d’autres… )

    Bonne soirée Marion 😉

    J'aime

  2. Article très intéressant à lire comme d’habitude. Aucune condamnation de mon côté non plus, que l’on soit d’accord ou pas d’accord tous tes arguments sont recevables surtout ceux qui te sont propres ; et non ça ne fera jamais de toi un monstre de penser par toi-même ou faire ce que bon te semble tant que tu ne nuis ni aux autres ni à la société (ça me rappelle une phrase de Dupontel dans un de ses sketchs : « j’ai été sympa avec mes enfants j’en ai pas eus » ^^).

    Tu as raison d’évoquer la bien-pensance, dans une époque pas si lointaine mais heureusement révolue une femme de plus de 30 ans célibataire et sans enfants se retrouvait l’objet de toutes les rumeurs et placée au ban de la société… Si on va encore plus loin pendant des siècles l’humanité a cru que l’instinct maternel était inné jusqu’à ce que l’on doive se rendre à l’évidence que ce n’est pas le cas au vu des monstruosités dont certaines mères sont capables envers des enfants voire leurs propres enfants.

    Ca me fait penser que Florence Foresti a construit tout un spectacle autour de la grossesse et de la maternité en démontant toutes les idées reçues à coup d’humour noir et de deuxième degré tu dois sûrement connaître, sinon faut absolument que tu cherches son one-woman-show sur le net.

    De mon point de vue chaque femme est libre selon sa propre histoire ou bien son projet de vie de faire le choix de ne pas avoir d’enfant sans pour autant avoir à subir la désapprobation de son entourage ou plus largement de la société.
    Mais les schémas reproduits sans réfléchir pendant des générations ont la vie dure : faire des études c’est mieux (dévalorisation des métiers manuels) voire certaines sont mieux que d’autres (à mon époque le cursus scientifique était plus valorisé que le cursus littéraire) ; une vie réussie c’est forcément travailler 40 ans en fondant une famille avec le père qui travaille et subvient aux besoins de sa famille pendant que la mère s’occupe des tâches ménagères et de l’éducation des enfants (ça évolue depuis quelques dizaines d’années mais les femmes qui travaillent sont encore trop désavantagées par rapport aux hommes), etc.

    Perso je ne me suis jamais vraiment posé la question, je suis quelqu’un de très patient, pédagogue et j’adore jouer donc passer des heures avec des enfants et un ballon ou des jeux de société ou des livres ou des jeux vidéos aucun problème et j’y prends même beaucoup de plaisir. Mais je suis conscient que c’est le meilleur côté comme tu le dis très bien sans toutes les responsabilités et les énormes investissements financiers/physiques/psychologiques quand ce sont tes propres enfants.

    Et je suis d’accord faire un enfant pour cimenter un couple n’a jamais été et ne sera jamais une bonne raison, l’enfant le ressent d’une façon ou d’une autre et une fois la séparation du couple acté il en souffre d’autant plus avec un sentiment de culpabilité plus important.

    C’est vrai que la vie est trop courte et c’est tellement mieux de la vivre vraiment en suivant ses propres aspirations ! Et si un jour tu te retrouves à fonder une famille parce que dans ce moment présent du futur ça correspond à ton projet de vie on ne manquera pas de venir ici-même lire ton article : « Je suis une femme qui a choisi d’être mère » 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s