Si l’on comparait l’Amour au Poker

J’aime bien faire des métaphores. Je ne sais pas pourquoi mais j’aime bien cela. Il y a des situations où ce processus s’effectue naturellement dans mon cerveau. Je n’ai rien commandé mais je suis livrée. Toc toc toc! Oui qui est-ce? C’est vot’ métaphore toute chaude, cadeau d’la maison, le grand patron you know… Han! Je viens d’en faire une sans m’en rendre compte! Ah mais ok j’ai un vrai problème en fait! 0.o

Bon bah tant pis. Je vais deal with it. Oh mais quelle extraordinaire transition pour entrer dans le vif du sujet! Elle est fabuleuse, non vraiment, c’t’un métier hein… Bref. Le Poker donc. Mais pas que! L’Amouuuur aussi, et surtout. Parler Poker pour parler d’Amour, vous trouvez cela étrange? Certes. Mais l’amour c’est étrange et je suis étrange. Et puis c’est mon blog donc je fais ce que je veux. Tu vois là par exemple, si je veux j’arrête l’article là… comme ça. Bam! Et je me casse, j’te plante comme un con parce que mine de rien, je te vois avec ton paquet de biscuits et ton air snob quand tu lis le titre: « Puh, l’amûr et l’poker, nan mais d’accord nan mais rienàvouuuarquoi. » Mais en vrai, t’es resté jusque là parce que tu veux savoir ce que mon cerveau torturé m’a livré sur cette affaire pas vrai? Allez viens là, rapproche toi de la cheminée, installe toi confortablement sur un gros plaid, je vais te raconter une histoire…

Une table de poker

Ne t’inquiète pas, nul besoin de savoir jouer pour comprendre ce qui va suivre. D’abord, le Poker c’est un jeu qui n’existe si et seulement si deux personnes minimum y prennent part. Il faut en comprendre les règles, parce qu’on ne fait pas n’importe quoi avec ses cartes, à moins de vouloir perdre volontairement? Entrer dans une partie est un engagement. On investit une somme et il faut accepter de pouvoir la perdre. Le joueur qui prend place peut donc financièrement se le permettre et a pris en considération l’éventualité de ne pas gagner et ce en quoi cela affecterait sa vie. La plupart des joueurs recherchent bien sûr les gains, d’autres les sensations ou bien les deux. C’est notamment le cas des gens très riches qui n’ont pas besoin de l’être encore plus mais qui manquent cruellement d’excitation dans leur vie. L’adrénaline est ce qu’ils recherchent. Il y a les addictifs mais aussi les passionnés et non ce n’est pas la même chose. Il y a ceux qui en font leur métier et ceux qui considèrent cela comme un divertissement, un loisir, un complément de revenus. Comprenez donc bien que chaque joueur est différent et le plus expérimenté n’est pas forcément le plus chanceux. A une même table on pourra trouver des hommes, des femmes, des jeunes, des vieux, des pros, des amateurs, des riches, des pauvres, des timides, des exubérants, des silencieux, des bavards, des impassibles, des livres-ouverts, des souriants, des grincheux, des concentrés, des dispersés, des habitués, des nouveaux, etc. Tu vois? A une même table, une même partie, se mêlent tous types de profils et rien ne permet d’affirmer qui va gagner. On pourrait penser que le professionnel a plus de chance. Il a plus de connaissances, d’expérience, de discipline, d’habitude,  de tout ce que vous voulez excepté plus de chance. C’est un peu ça aussi la magie de ce jeu. Rien n’est jamais écrit à l’avance!

Le rapport avec l’Amour ?

Allons, tu ne le vois pas? Il te suffit pourtant de remplacer une poignée de mots ci-dessus. Je te montre:

D’abord, l’Amour c’est un jeu qui n’existe si et seulement si deux personnes minimum y prennent part. Il faut en comprendre les règles, parce qu’on ne fait pas n’importe quoi avec ses atouts, à moins de vouloir rester volontairement célibataire? Entrer dans une relation est un engagement. On investit une partie de soi et il faut accepter de pouvoir la perdre. L’individu qui joue le jeu peut donc émotionnellement se le permettre et a pris en considération l’éventualité d’une rupture et ce en quoi cela affecterait sa vie. La plupart des gens cherchent bien sur à trouver quelqu’un, d’autres les sensations. C’est notamment le cas des gens mariés ou en couple qui n’ont pas besoin de rencontrer mais qui manquent cruellement d’excitation dans leur vie. L’adrénaline est ce qu’ils recherchent. Il y a les addictifs mais aussi les passionnés et non ce n’est pas la même chose. Il y a ceux qui en font leur but et ceux qui considèrent cela comme un divertissement, un loisir, un complément d’émotions. Comprenez donc bien que chaque personne est différente et le plus expérimenté n’est pas forcément le plus chanceux. Une relation peut se composer  d’hommes, de femmes, de jeunes, de vieux, de divorcés, de vierges, de collectionneurs, de fidèles, de timides, d’exubérants, de silencieux, de bavards, d’impassibles, de démonstratifs, de souriants, de grincheux, d’investis, de dispersés, des habitués, etc. Tu vois?  Toute union est possible et rien ne permet d’affirmer qui va finir en couple heureux et amoureux. On pourrait penser que celui qui a déjà été en couple a plus de chance car il sait ce qu’il veut à présent et les erreurs à ne plus commettre. Et pourtant non. Il a plus de connaissances, d’expériences, est plus raisonné et tout ce que vous voulez excepté plus chanceux. C’est un peu ça aussi la magie de ce sentiment. Rien n’est jamais écrit à l’avance!

La Partie de Poker

Maintenant que tous ont pris place autour de la table, la partie s’engage. Chacun leur tour, les joueurs évaluent la situation en fonction de leur jeu et des adversaires. Ils se jaugent mutuellement pour savoir quelle décision prendre, ils s’observent, se dévisagent, tentent de déceler en l’autre faiblesse ou force, cherchent la faille, essayent de déterminer qui a le dessus dans chaque donne. Les cartes du board (tableau) s’enchainent, font évoluer la problématique, multiplient tensions et les plus faibles cèdent sous la pression. Les aggros (joueurs agressifs) ont la majeure partie du temps le dessus sur les moins aguerris, les joueurs serrés ou passifs. Ces derniers savent ce qu’ils ont et donc ce qu’ils peuvent perdre. Ils ont peur de prendre des risques et préfèrent le plus souvent jeter leurs cartes même s’ils avaient potentiellement un meilleur jeu que le joueur d’en face. Lui n’a pas hésité, il a foncé, il a pris des risques et il est parvenu à intimider son adversaire qui a foldé (couché son jeu). Mais ce type de joueur ne remporte pas nécessairement la partie. Il gagne des batailles oui mais tôt ou tard son manège se retourne contre lui et comme il a tendance a tout miser, il peut très vite reperdre tout ce qu’il avait accumulé.

Le fish: celui qui ne sait pas jouer, qui n’a aucune idée de ce dans quoi il s’est lancé et qui distribuera son capital à ceux qui profiteront de lui en identifiant immédiatement ses failles. Il croit avoir compris le jeu, il veut jouer, il veut gagner, comme les autres. Mais il est faible et ignorant. Il va se faire plumer sans même penser qu’il est le principal responsable de sa perte car il ne s’est pas protégé et se croit à égalité avec les autres joueurs.

La partie peut durer des heures, il faut être fort psychologiquement et physiquement pour tenir le rythme. Cela demande un réel effort et donc une force et une prédisposition. Si l’on ne se sent pas capable de tenir le rythme, inutile de prendre place. A la fin de la partie, celui qui en sort victorieux ressent fierté et satisfaction d’y être parvenu, d’avoir déjoué les pièges et réussi à extraire de son jeu la meilleure façon de gagner.

La Relation amoureuse

Même principe que tout à l’heure, tu es prêt?

La relation s’engage. Chacun leur tour, les partenaires évaluent la situation en fonction de leur coeur et de leur raison. Ils se jaugent mutuellement pour savoir quelle décision prendre, ils s’observent, se dévisagent, tentent de déceler en l’autre faiblesse ou force, cherchent la faille, essayent de déterminer qui a le dessus dans chaque dispute. Les jours s’enchainent, font évoluer la problématique, multiplient tensions et les plus faibles cèdent sous la pression. Les personnalités agressives ont la majeure partie du temps le dessus sur les plus fragiles, les égoïstes ou les passifs. Ces derniers savent ce qu’ils ont et donc ce qu’ils peuvent perdre. Ils ont peur de prendre des risques et préfèrent le plus souvent jeter l’éponge même s’ils vivaient potentiellement une belle histoire. L’autre partenaire lui n’a pas hésité, il a foncé, il a pris des risques et il est parvenu à intimider son amoureux(se) qui a abandonné. Mais ce type de personne ne ressort pas nécessairement gagnant. Il vit des histoires oui mais tôt ou tard son manège se retourne contre lui et comme il a tendance à tout donner, il peut très vite reperdre tout ce qu’il avait investi.

Le naïf n’a aucune idée de ce dans quoi il s’est lancé et  distribuera son amour à ceux qui profiteront de lui en identifiant immédiatement ses failles. Il croit avoir compris la séduction, il veut jouer, il veut tomber amoureux et être aimé en retour, comme les autres. Mais il est faible et ignorant. Il va se faire piétiner sans même penser qu’il est le principal responsable de ce qui lui arrive car il ne s’est pas protégé et se croit à égalité avec les autres partenaires.

La partie peut durer des années, il faut être fort psychologiquement et physiquement pour tenir le rythme. Cela demande un réel effort et donc une force et une prédisposition. Si l’on ne se sent pas capable de tenir ce rythme, inutile de tenter les rencontres. A la fin de cette démarche, celui qui est amoureux  et aimé en retour ressent fierté et satisfaction d’y être parvenu, d’avoir déjoué les pièges et réussi à séduire la personne de son choix.

Moralité

S’il en faut une. En Amour comme au Poker il y a des perdants et des gagnants. L’amour est un jeu, une partie de plaisir. Si vous commencez à subir alors levez-vous et quittez la table. Cela ne signifie pas que le Poker n’est pas fait pour vous mais tout simplement pas cette variante, ou cette structure.

Vous reprendrez place, vous ne gagnerez pas forcement. Et un jour, si. Ce jour là vous ressentirez la satisfaction d’avoir persévéré et pourrez savourer le bonheur de la victoire même s’il n’est que de courte durée.

Et lorsqu’une partie vous ruine, vous laisse seul et dévasté, quittez dignement la table la tête haute. Ça ne sert à rien d’engueuler le/la croupière. Ils ne sont pas responsables de ce que vous avez fait de vos cartes et de la façon dont vous vous êtes laissé manipuler par votre adversaire.

Rentrez chez vous; Accusez le coup; Et quand vous serez prêt, retentez ou pas.

Je vais clore par une citation dont j’ignore l’auteur mais que j’aime beaucoup:

« Celui qui prend des risques peut perdre; celui qui n’en prend pas perd toujours. »

Et maintenant, All-in!

Publicités

2 réflexions sur “Si l’on comparait l’Amour au Poker

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s